« Mon expérience de Twitter » par Nicolas Pittet

Nicolas Pittet

4046 tweets – 1866 abonnements – 2635 abonnés

.

Qui est-ce que je follow sur Twitter ?

En majorité, des personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts que moi, à savoir les domaines liés au e-marketing et aux réseaux sociaux, mais également des personnes que je connais ou que j’apprécie.
En général j’évite les comptes avec un TFF Ratio (Twitter Follower-Friend Ratio) trop élevé (je ne crois plus aux Rock Star), les mass-followers ainsi que les très grands bavards (comment peut-on tweeter 25’000 fois en 3 ans?), sachant que dans ce dernier cas – la plupart du temps – beaucoup de bruit est généré par des outils de publication automatique (checkin Foursquare, compilations de type paper.li sans aucune valeur ajoutée, …).

Qui sont mes followers ?

Grosso-modo la même population que celle que je suis.
Je vérifie régulièrement mes nouveaux abonnés, et sauf grosse divergence de vue je les suis volontiers (pas les bots par contre). J’imagine donc que ceux que je ne suis pas me *défollow* rapidement.

Créer un compte Twitter, pourquoi ?

J’ai créé mon tout premier compte de test quand Twitter proposait encore la notification gratuite par SMS des tweets. C’était super pratique et très simple à mettre en oeuvre, idéal pour un petit groupe de personnes voulant rester en contact, mais ça n’a malheureusement pas duré.
J’ai créé ensuite mon compte officiel il y a 4 ans, le jour de la St-Nicolas.
Je poursuis 3 objectifs:
– organiser ma veille en gardant une trace de tous les articles intéressants que je lis
– partager mes connaissances avec mes followers
– développer mon personal branding auprès de mes clients et prospects, en partageant une partie de mes tweets avec mon flux LinkedIn; nous n’avons pas créé de compte pour l’agence et mes tweets sont diffusés sur notre site internet.
De plus, comme directeur d’agence digitale, je trouve un vrai sens à utiliser et s’approprier des outils qui peuvent faire partie d’une reco. Cela permet d’en comprendre le fonctionnement et les limites.

Quelles sont mes habitudes d’utilisation ?

J’utilise la plupart du temps un *buffer* qui me permet de distiller sur la journée mes tweets, que je programme soit tôt le matin, soit tard le soir, et ceci afin de ne pas lasser mes followers.
Il m’arrive de ne pas tweeter sur toute une journée, notamment quand je suis en déplacement. J’essaie dans tous les cas de ne pas être *otage* au point de se sentir obliger de publier du contenu à tout prix.
J’ai par contre un usage très réduit de Twitter en mode lecture, tant il y a de bruit. Je rêve encore de l’outil idéal qui me donne une synthèse instantanée des 10 thèmes les plus tweetés ou re-tweetés par mes followers (voire leurs followers).

En quoi Twitter m’est-il utile hors de la vie numérique ?

Pour l’organisation de ma veille, comme déjà expliqué.
J’ai pas mal de retour de la *majorité silencieuse* qui me lit avec intérêt sur Twitter ou LinkedIn mais qui n’interagit pas (le phénomène est d’ailleurs intéressant et mériterais d’être plus creusé).
Twitter m’a également permis de faire connaissance IRL avec des personnes partageant les mêmes centres d’intérêt que moi.

Twitter a-t-il été pour moi le lieu d’une anecdote ?

Une me vient à l’esprit immédiatement: j’ai eu pas mal de déboires avec une société de téléphonie. Après plusieurs appels à la hotline, je me suis résolu à leur écrire un recommandé, toujours sans succès.
Un seul tweet à suffit pour régulariser la situation…

Tous les jours, Pegasus Data accueille des utilisateurs/trices de Twitter qui témoignent de leur utilisation de ce réseau social. Soumettez vous aussi votre mini-interview en répondant à au moins trois questions de ce formulaire ! C’est une occasion de vous présenter et de partager vos intérêts et compétences, une manière de solidariser un réseau plutôt que de flatter les égos !

Retrouvez toutes les interviews dans la catégorie correspondante, dans le menu de gauche ! -> interviews

Publicités