« Mon expérience de Twitter » par A. Schnarrenberger


A. Schnarrenberger

8842 tweets – 902 abonnements – 397 abonnés

Ce qui est bien avec les réseaux sociaux, c’est qu’on peut y lire des citations dont les sources sont complètement erronées. Albert Einstein

.

Qui est-ce que je follow sur Twitter ?

Difficile de trouver une ligne directrice. En grand consommateur d’info et de médias, je ne manque pas d’être toujours à la pointe de l’actualité. J’aime suivre à la fois les comptes d’infos et ceux des journalistes, qui n’hésitent parfois pas à faire connaître leurs propres points de vue sur Twitter. Le sport occupe également une part conséquente de ma Timeline: joueurs, clubs, fans. Sans oublier d’autres passions, comme le poker par exemple. Enfin, ayant un groupe d’amis relativement important sur Twitter (des amis issue de la vie hors-numérique, donc), ils font assurément partie des gens avec qui j’interagis le plus.

Qui sont mes followers ?

Là aussi, mes followers représentent un groupe très hétérogène. A la base (j’y reviendrai), ce sont plutôt des joueurs de poker, mais l’évolution de mon utilisation de Twitter a naturellement provoqué une réorientation de mes abonnés vers la Suisse romande. Je suis relativement bien suivi par le microcosme des Romands sur Twitter (l’effet Pegasus Data?), et par des journalistes de la place, surtout sportifs. Le fait que mes followers soient issus de « groupes » aussi éclectiques m’a parfois posé problème: je me suis parfois retenu d’écrire des tweets à propos de poker, puisqu’ils ne présentaient un intérêt que pour une infime part de mon « twittorat » (contraction de Twitter et de lectorat, inventée à l’instant). L’inverse vaut aussi, puisque je ne voulais pas trop infliger trop de tweets à propos du hockey suisse ou de la Bénichon aux joueurs américains de poker. Depuis, je me suis fait une raison: si les gens veulent me suivre, c’est qu’ils y trouvent un intérêt, et à eux de trier. Je n’essaie plus d’intéresser mes followers, c’est à eux de s’intéresser (ou pas) à moi.

Créer un compte Twitter, pourquoi ?

De 2007 à 2009, j’utilisais déjà Twitter (certes avec plus de modération qu’aujourd’hui), en tant qu’observateur. Je ne me rappelle d’ailleurs plus trop de mon premier compte… Mon utilisation « active » du réseau remonte à décembre 2009: je m’étais qualifié pour un gros tournoi international de poker, et à la fois mes amis comme des gens de la communauté poker que je ne connaissais pas vraiment voulaient suivre mon parcours. Je me suis alors dit que c’était l’occasion de repartir à zéro.
Comme dit précédemment, j’ai depuis beaucoup changé mes habitudes de « twitto » (je n’aime pas vraiment ce mot, mais passons), et mon public également. Nul doute que j’aurais de toute façon rejoint le réseau très peu après pour suivre ce que je follow actuellement hors-poker. Restent les vestiges de cette époque, dont un principalement: mon nom Twitter. « Bergi02 » est en effet le pseudo que j’utilisais autour des tapis verts virtuels. J’ai longuement songé à recréer un compte avec un nom plus passe-partout et plus actuel, mais il semble être entré dans les moeurs, si je puis dire. Et de toute façon mon nom de famille est trop long pour figurer dans un nom Twitter!

Quelles sont mes habitudes d’utilisation ?

Ayant renoncé à diviser mes utilisations de Twitter par plusieurs comptes, je n’en utilise qu’un, pour une utilisation privée. La plupart de mon activité se fait via mobile, même si l’application pour Mac est très pratique et toujours enclenchée sitôt mon ordinateur allumé. Consulter Twitter est devenu un réflexe, voire une addiction pour ainsi dire du lever au coucher, même si cela dépend de mes occupations.
Je constate que je suis un utilisateur plutôt passif: j’ai beaucoup plus d’abonnements que d’abonnés. Cela est dû au fait que je n’hésite pas à m’abonner à énormément de comptes, même s’ils ne postent que peu de messages qui m’intéressent. Je n’ai pas peur de devoir trier longuement pour trouver du vrai contenu. J’ai certes plus de 8000 tweets à mon actif, mais la très grande majorité sont des messages adressés à un ou plusieurs utilisateurs. Je ne tweete personnellement que très peu, même si la tendance est à l’augmentation. J’utilise par contre beaucoup les retweets, même si j’y renonce parfois si le contenu n’intéresse que certains de mes followers. Je leur fais parvenir le lien avec une mention, le cas échéant. Enfin, je dois depuis longtemps créer des listes, mais je n’ai jamais voulu trouver le temps…

Twitter a-t-il été pour moi le lieu d’une anecdote ?

Avec certains amis et journalistes romands (souvent les deux en même temps), nous nous adonnons depuis plusieurs mois à un petit concours interne de « qui a le plus de followers » (bon enfant, bien entendu). Devant la célébrité de certains, dont on taira les noms ici, nous avons des difficultés à rivaliser.
Pour la blague, quand nous avons constaté qu’il existait la possibilité d’acheter des millions followers pour une somme dérisoire (10€), nous étions bien décidés à prendre notre revanche. Or, alors que j’étais prêt à effectuer l’achat, j’ai vu l’article de Pegasus Data apparaître sur ma Timeline. Devant la peur d’être cloués au pilori, nous avons renoncé…

Tous les jours, Pegasus Data accueille des utilisateurs/trices de Twitter qui témoignent de leur utilisation de ce réseau social. Soumettez vous aussi votre mini-interview en répondant à au moins trois questions de ce formulaire ! C’est une occasion de vous présenter et de partager vos intérêts et compétences, une manière de solidariser un réseau plutôt que de flatter les égos !

Retrouvez toutes les interviews dans la catégorie correspondante, dans le menu de gauche ! -> interviews

Advertisements

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s