« Mon expérience de Twitter » par Chacaille


Chacaille

5370 tweets – 453 abonnements – 694 abonnés

Prof la semaine. Reporter le weekend

.

Qui est-ce que je follow sur Twitter ?

Personne. Tout le monde. J’affine régulièrement ma timeline et mes listes. Au début, je suivais surtout des blogueurs et des journalistes qui s’intéressaient aux mutations du monde de l’information. Le cercle s’est agrandi, les listes se sont étoffées et mes abonnements reflètent aussi des intérêts qui dépassent le cadre stricte des nouvelles technologies. Tu vois comment ?

Qui sont mes followers ?

LES AUTRES. Tous les autres.

Créer un compte Twitter, pourquoi ?

Au départ, il s’agissait de promouvoir un blog désormais moribond. Mais Twitter est vite devenu une sorte de seconde peau qui me permet de noyer un trop plein de cynisme de manière plus ou moins anonyme ( plutôt moins que plus, hein…) dans le flux. C’est essentiellement cathartique -mon psy approuve- , donc ça fait du bien.

Quelles sont mes habitudes d’utilisation ?

Il m’arrive de mettre en lien des billets ou des articles de fond pour édifier LES AUTRES. ça marche moyen. Sinon je badine beaucoup et maugrée autour des petites aventures qui rythment le quotidien.  Il est étonnant de constater à quel point le code des WC du Macdo de la Gare de Lausanne suscite plus d’interractions qu’une fine analyse (… en 6’000 signes) de la crise de l’Euro.
Bref, Twitter me sert de plate-forme à micros éditoriaux.
J’utilise aussi beaucoup ce réseau social pour faire des recherches thématiques et me documenter ou compléter des informations que je peux lire sur les sites des médias « mainstreams ».

En quoi Twitter m’est-il utile hors de la vie numérique ?

Difficile de répondre à cette question dans la mesure où je suis de toute manière toujours un peu connecté (Il m’arrive cependant régulièrement de faire un break pour me consacrer à la lecture sur papier et à la contemplation, des vices peu recommandables au XXIe siècle…). Il m’est arrivé de faire de chouettes rencontres sur Twitter. Certaines se sont même soldées par un verre au Simplon, derrière la gare.

Twitter a-t-il été pour moi le lieu d’une anecdote ?

C’est grâce à Twitter que la garde rapprochée de @Journal_Ithaque s’est formée et que les premiers abonnements sont rentrés. C’est à cause d’une plate-forme de messages comptant 140 signes qu’un journal papier abritant des articles de 30’000 signes est né. La classe.

Tous les jours, Pegasus Data accueille des utilisateurs/trices de Twitter qui témoignent de leur utilisation de ce réseau social. Soumettez vous aussi votre mini-interview en répondant à au moins trois questions de ce formulaire ! C’est une occasion de vous présenter et de partager vos intérêts et compétences, une manière de solidariser un réseau plutôt que de flatter les égos !

Retrouvez toutes les interviews dans la catégorie correspondante, dans le menu de gauche ! -> interviews

Publicités