« Mon expérience de Twitter » par Ludovic Péron

Ludovic Péron

8820 tweets – 485 abonnements – 420 abonnés

Cycliste, énergéticien, geek et photographe.

Qui est-ce que je follow sur Twitter ?

J’ai plusieurs utilisations différentes de Twitter, donc plusieurs types de comptes que je suis. D’une part, il y a des personnes présentes dans des groupes ou des cercles :

  • la twittosphère suisse-romande ; je n’y suis pas tout le monde, j’y suis des personnes que je peux trouver intéressantes et/ou des personnes avec qui j’ai pu apprécier de boire une bière ;
  • la communauté wikipédienne, je contribue sur Wikipédia depuis plus de sept ans, j’y ai développé un réseau de contacts en parti présent sur Twitter. Il est en majorité francophone, mais pas seulement ;
  • les twittcyclos : il s’agit d’une communauté francophone de passionnés de vélo. Ces twittos échangent sur leurs sorties vélos et le sport professionnel.

D’autre part, je suis des comptes qu’on qualifiera d’institutionnels ou d’impersonnels. Ce sont des relais d’informations qui remplacent peu à peu mon lecteur de flux RSS. On peut évoquer des médias suisses comme Le Temps, la RTS ou le 24 heures. Ce dernier m’ayant permis de découvrir l’existence d’apéros entre twittos en Suisse-romande (attention, joke inside). On peut aussi évoquer des comptes relatives au monde du libre, à la photo, à l’énergie, l’environnement, etc. En dehors de cette typologie, il y a quelques comptes éparses que je peux suivre parce que la personne derrière le compte raconte des choses qui me plaisent.

Qui sont mes followers ?

 »Que cherchent mes followers ? » C’est surement à eux qu’il faut poser la question. 🙂 Plus sérieusement, dans les trois groupes pré-cités des personnes me suivent. Suivre quelqu’un n’est pas réciproque ; on peut suivre quelqu’un sans être suivi et réciproquement. Néanmoins dans ces trois groupes, je perçois que mes followers sont assez globalement ceux que je suis. J’ai donc surement quelque chose de pas toujours creux à raconter dans les sujets qui me passionnent 😉

Créer un compte Twitter : pourquoi ?

 »Hé ! Viens sur Twitter, c’est le nouvel endroit hype !  » C’est surement l’élément déclencheur ; j’y suis allé parce qu’un proche m’a dit que c’était bien. Après, j’y suis resté parce que j’y ai trouvé des choses qui m’intéressent. Ces choses, ce sont les choses que racontent les gens que je suis ; voir donc ma réponse à la question 1.

Quelles sont mes habitudes d’utilisation ?

J’ai pas de liste, enfin pas de liste que j’utilise. J’en ai une  »pour le fun » de ceux avec qui j’ai eu le plaisir de boire un verre. Donc, je ne fais que remonter ma TL (Time-Line). Je lis en diagonale ou de manière plus concentrée, si j’en ai le temps. Si j’ai du retard, je ne remonte pas ; c’est trop chronophage. Je peux donc louper des informations, néanmoins s’il s’agit de l’information du siècle je me dis que l’abondance de médias me la fera connaitre tôt ou tard. Pour les retweets, je n’en fais pratiquement que sur des traits d’humour ou des bons mots. Quelqu’un m’a fait rire ; j’en fais partager mes followers. Je ne retweets pas les informations générales, il y a déjà bien assez de monde à le faire. En revanche, il m’arrive de le faire quand je me sais très proche de la source d’information ; donc des news issues du monde  »Wikipédia ».

En quoi Twitter m’est-il utile en dehors de la vie numérique ?

C’est devenu – pour moi – une plateforme d’accès à l’information. Plus jeune, j’allais à la bibliothèque universitaire et je lisais les journaux et magazines pour m’informer ; maintenant j’allume Twitter. Twitter ne relaye pas que de l’information numérique, il m’est donc très utile. En fait, c’est la tournure même de la question qui ne me correspond pas. Je cite :  »hors de la vie numérique ? ». Euh, le numérique est dans ma vie. C’est un outil très présent. Je peux me passer du numérique, bon ok c’est compliqué [ndlr : illustration, fournie par Ludovic].

Tous les jours, Pegasus Data accueille des utilisateurs/trices de Twitter qui témoignent de leur utilisation de ce réseau social. Soumettez vous aussi votre mini-interview en répondant à au moins trois questions de ce formulaire ! C’est une occasion de vous présenter et de partager vos intérêts et compétences, une manière de solidariser un réseau plutôt que de flatter les égos !

Retrouvez toutes les interviews dans la catégorie correspondante, dans le menu de gauche ! -> interviews

Publicités