Débat #EnLD : « Ecologie, politique: faut-il tout savoir des produits qu’on achète? »

Et voilà pour le débat du 31 mai, où l’on discutait de la décision de la Migros d’étiqueter « zone de peuplement » sur les produits originaires des territoires palestiniens occupés par Israël.

Vous remarquerez au passage la merveilleuse histoire d’amour entre @ludovic_p_ et @yohanziehli … qui continue ce soir (4 juin) : pourvu que ça dure !

Débat « En ligne directe » du 31 mai.

Publicités

7 réponses à “Débat #EnLD : « Ecologie, politique: faut-il tout savoir des produits qu’on achète? »

  1. Graphe d’un débat relativement équilibré si l’on fait abstraction de la love story @ludovic_p_/@yohanziehli ! Assez intéressant de constater qu’une toile de relations simples se tisse joliment (peu de larges arêtes).

  2. On remarque tout de même qu’il y a beaucoup de personnes « de passage » qui ne participent pas au débat.
    Je n’ai pas tous les graphiques en tête, mais c’est la première fois que ça m’apparaît aussi clairement.

      • Sans échanges et discussions, je ne considère pas vraiment ces interventions faisant parties du débat.
        Ces personnes donnent leur avis sur une question, sans plus.

        Bon, après, ma vision de ce qu’est un débat est peut-être réductrice.

      • Elles font partie de l’output du débat que récoltent les journalistes.
        Un niveau au-dessous, en se cantonnant à Twitter, c’est vrai que ces tweets ne seraient plus à prendre en compte. Mais ensuite, que ferait-on des petits groupes qui échangent des tweets, mais ne sont pas reliés au plus grand groupe ?

  3. Pour les « de passage », il y a effectivement le fait que personne n’a réagi, mais il y a aussi le fait qu’eux-mêmes n’ont pas réagi aux autres propos.

    Pour les groupes isolés, tant qu’ils parlent du sujet, il faut les prendre en compte. On peut facilement ne pas être relier au groupe (il suffit par exemple de ne pas mentionner @magaliphilip).

Les commentaires sont fermés.